Club du Soleil Languedoc


Association de naturisme dans les alentours de Montpellier et en Languedoc-Roussillon

23-24-25/05/2015-Sabliere2015

PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Fab    Lundi, 01 Juin 2015 21:45

 

Pour ce dernier weekend prolongé du mois de mai, nous partîmes à deux et par un prompt renfort, nous nous vîmes 19 en arrivant à la sablière.

C'est toujours un grand bonheur de se retrouver dans ce centre naturiste avec les ami(e)s du club du soleil Languedoc.

Cette année comme nous sommes nombreux, nous avons réservé 3 mobil homes, nous sommes très bien placés et on profite d'une vue bien dégagée sur les 3 arches qui se situent de l'autre côté de la Céze.
Samedi 14h :  j'arrive le dernier, mes compagnons sont déjà bien installés dans les différents hébergements, il ne me reste plus qu'à mettre les pieds sous la table ( il faut bien avoir un petit avantage pour ceux qui bossent de temps en temps le samedi matin). ll fait chaud malgré le mistral de ces derniers jours, tout le monde est déjà nu, comme je ne veux pas jouer  l’intrus je me mets rapidement moi aussi dans ma tenue favorite.

En ce début d’après-midi nous sommes quelques-uns à partir à la découverte de la grotte dite "des Italiens", il nous faut dans un premier temps rejoindre le centre naturiste de la Genèse qui se trouve sur l'autre rive de la Céze. Pour cela nous empruntons un gué dans la partie aval du camping. Dans l'eau jusqu’à mi-cuisses la traversée est rapidement effectuée.Notre petit groupe traverse la Genèse où il n'y a vraiment pas grand monde, nous voilà maintenant devant un panneau qui nous indique que nous sortons de l'espace naturiste.

Zut alors, ça c'est balo mais on n'a pas envisagé de redevenir des textiles avant lundi soir on continue donc notre chemin.


Le sentier prend rapidement de l'angle, et les mollets sont mis à l’épreuve, la file s’allonge, on réduit un peu le rythme.


Nous voilà sur une portion plus plate et tout le monde en profite pour reprendre son souffle.La vue sur l'autre rive est magnifique, on peut imaginer nos amis qui sont à une des 3 piscines en train de faire la sieste au soleil.

 

Quant à nous, après un petit passage où il faut "mettre les mains",  nous voila devant l'entrée de la cavité. Une grande salle éclairée par la lumière extérieure s'ouvre devant nous. On sort les frontales et c'est parti ! Le plafond se rapproche de nos têtes et la lumière de nos lampes est devenue nécessaire. Premier rétrécissement, première épreuve. Nous perdons un membre de notre petit groupe qui préfère retourner à la lumière du jour plutôt que de se traîner dans la glaise comme nous allons bientôt être obligés de le faire pour passer la petite trappe de 30 centimètres qui se présente devant nous.

 

Comme on dit chez nous ça "pègue", les baskets, les mains, les genoux et tous ce qui entre en contact avec le sol et les parois. La température a bien diminué et nous décidons de continuer pour ne pas trop se refroidir, mais il faut rester prudent car la pente devant nous est bien glissante. Grasse à un éclairage puissant nous profitons de la beauté de ce monde souterrain que nous connaissons se peut. L’éclairage nous est aussi bien utile pour faire des photos et des jeux d'ombres.

 

 

 

 

Cependant nous décidons de rebrousser chemin pour retrouver notre compagnon resté à l'entrée, pourvu que l'ours ne l'ai pas dévoré... Nous revoilà à la lumière du jour et rapidement on recherche un petit coin de soleil pour se réchauffer un peu. À oui j'oubliai, on a retrouvé notre ami au soleil, car il n'a pas réussi à se couvrir avec la peau de l'ours.

 

Le retour en descente est plus tranquille, et, arrivé au bord de la rivière nous envoyons Fabienne pour nous trouver un passage pour ne pas mouiller les sacs. Elle n'a pas pied, alors nous passons ailleurs mais les cailloux sont vraiment très glissants et certains prennent un bain pas vraiment prévu.

Une fois les sacs au sec,  passage obligé par le décrassage et la glaise sèche ça résiste bien, surtout dans l'eau froide.Nous voilà bien propre alors direction la piscine couverte et chauffée, plouf, tiens voila des têtes qui ne nous sont pas inconnues. En effet une partie de notre groupe avait préféré la sieste au bord de la piscine plutôt que l’obscurité de la grotte. Pour finir une petite séance sauna. Après la glaise et le sauna notre peau est toute belle...........


La journée tire à sa fin, une belle table bien garnie avec 19 naturistes autour ça fait plaisir à voir, encore une bonne soirée où on refait le monde à notre manière, le meilleur bien sur, la vie tout nu quoi!

 

 

Dimanche matin, la nuit a été courte, mais il fait déjà grand beau. Après un petit déj qui voit arriver les uns et les autres avec encore les yeux bien endormis nous décidons de faire une petite randonue jusqu'au château de Feyrerol, histoire de nous dégourdir les articulations. Pour ceux qui sont là pour la première fois, il y a l’épreuve du passage sous la grille que notre doyen de 83 printemps, Roger, franchit encore facilement, comme tout le monde évidemment. On pose pour les photos souvenir.

 

 

12h00 nous voila tous rassemblés pour le pot d'accueil sous les tonnelles de l'espace piscine. Un petit rosé bien frais et quelques amuse gueules plus tard l'ambiance est à la rigolade mais il est temps d'aller manger car cette après-midi nous avons décidé de monter aux trois arches faire des photos. Le repas, le café et la vaisselle  terminés,

 

 

les plus courageux vont à la sieste et les moins vaillant décident de remonter la Céze les pieds dans l'eau... ou le contraire.

 

Le rendez-vous pour le départ aux 3 arches est fixé à 16h30 et nous sommes quelques-uns au départ de la montée. La pente nous fait rapidement monter en température et les cailloux qui roulent nous prévoient un retour  il nous faudra être attentif si on veut éviter les gamelles.

 

 

 

 

Nous voilà sous les arches, la vue est magnifique et les appareils photo fonctionnent à plein régime. Il y a des voies d'escalade équipées, qui nous tente bien mais ce n'est vraiment pas pour nous, on a bien fait de ne pas monter notre matériel. Il y a bien quand même quelque endroit facile pour nous, alors on grimpe, pas trop haut c'est juste pour les photos.

 

 

Après l'effort..., le redémarrage, pour atteindre le sommet des arches et planter le drapeau et mettre notre banderole.Il y a sur la cime un petit passage étroit en crête que l'un d'entre nous, sujet au vertige, ne se voit pas traverser, on lui confit donc la mission des photos de plan large. Nos étendards sont installés, il n'y a plus qu'à espérer que nos amis qui sont au bord de la piscine nous voient pour faire de jolis clichés.

 

Les drapeaux sont agités, que vive la révolution naturiste, brûlons ces habits que cette société décadente nous impose...oh doucement, on se calme, la révolution oui mais malheureusement que jusqu'à demain soir, après boulot...merde je crois que je suis en train de gâcher ce témoignage, revenons à nos mouto...non, non, pas des moutons je vous dis.

 


Ils m'ont donné un calmant, j'ai replié le drapeau et on est redescendu.45 minutes plus tard nous voilà devant la rivière qu'il faut franchir à nouveau pour rejoindre le camping. Quand on garde ces baskets dans l'eau, on traverse plus vite que les autres, résultat il y a eu quelques galets de jetés et plein d’éclaboussures, on s'est bien marré : de vrais gosses quoi !!!! On remonte tranquillement jusqu'au mobil home, sans oublier un petit détour par la piscine puis le sauna.
On se retrouve après le repas à la soirée karaoké organisé par le bar de la piscine, avec un peu de chance il n'y a pas eu d'enregistrement, tout le monde a bien dansé, tout le monde a bien chanté, il est minuit passé et la musique doit s’arrêter. Bonne nuit tout le monde.

Après ces chants pas toujours très mélodieux, on a entendu toute la nuit le grondement de l'orage, mais au lever du matin il faisait grand beau et notre doyen avait arrêté de ronfler...
Pains au chocolat et croissants frais, voila pour le menu de ce dernier petit déjeuner naturiste du weekend. À 10h rendez-vous au pas de tir à l'arc, nous ne sommes pas les premiers, et nous voilà une bonne vingtaine à nous présenter tour à tour en face des cibles. Certaines flèches se font un malin plaisir à ne pas atteindre leur objectif, voir même à éviter les portiques de paille pour finir dans les filets. Pour le repas de midi, une chance qu'il en ait assez pour tout le monde, nos chasseurs à l'arc ne sont pas très doués et les lapins peuvent gambader tranquillement.

Il est temps de rejoindre nos hébergements que nous devons quitter en début d’après-midi. Pas de lapin au menu ce midi, tout le monde est là pour le dernier repas du séjour.
Voilà, c'est le moment de rendre les clefs de nos demeures du weekend, les véhicules sont chargés, le ménage terminé.
C'est l'heure de reprendre la route pour certains, mais nous sommes encore quelques-uns à rester pour profiter de cette après-midi dans cet espace naturiste fort agréable.

On descend à la rivière pour s'amuser dans les rapides rafraîchissants.
On en profite encore une fois pour aller faire une petite reconnaissance sur l'autre rive, prendre quelques photos, et se faire de nouvelles éraflures en traversant des buissons qui ne sont là que pour vous compliquer le passage.



17h30, la mort dans l'âme nous traînons des pieds pour retourner jusqu'aux véhicules.
Malheur, il faut se retextiliser, fin de la révolution. Certains enfilent un short et des tongs, nous c'est: jeans, blousons de motos, casques et gants.

On est équipé, direction l'accueil pour rendre nos bracelets et se dire au revoir, mais il était écrit que l'on ne devait pas partir trop tôt, Dom s'aperçoit qu'il a une roue de crevée. On vide le coffre, plein de matériel d'escalade dont on ne s'est pas servi.
Et 20 minutes plus tard la roue est changée, on sait maintenant qu'on ne nous embauchera pas pour changer les roues des formules1, tant mieux on préfère rester ici à la sablière.

Mise à jour le Mercredi, 03 Juin 2015 19:32
 
Vous êtes ici : Accueil Comptes-Rendus 23-24-25/05/2015-Sabliere2015